Le collectif le plus pailleté de Paris s’apprête à fêter ses cinq bougies samedi, à la Machine du Moulin Rouge. L’occasion pour nous de retracer en une folle nuit cinq saisons d’activisme au service de la belle fête.

« Life is hard, we make it sweet ». Tel est le slogan on-ne-peut-plus parlant de Dure Vie, association dirigée vers la fête et l’amour de la belle musique, tant quelle est groovy. En cinq années et une multitude de nuits, ils ont su nous montrer leurs nombreuses facettes – tantôt disco, tantôt house, souvent les deux – et inviter bon nombre de DJs, de Floating Points à Chez Damier, de Dan Shake à Jeremy Underground, ou encore DJ Seinfeld. Plutôt que de lister méthodiquement ces cinq années, nous avons choisi de nous (re)plonger dans l’un d’elle. Direction le 7 janvier 2017 au Badaboum, Paris.

Ce soir là, l’association débute une série d’événements correspondant à leurs quatre ans. Et au programme du soir, du beau monde : Folamour, Deejay Astral et le résident Akil. Comme toujours chez eux, les line up se veulent fédérateurs mais pas potaches, privilégiant l’amour du groove & de la bonne humeur à l’excès de sérieux. La salle est décorée dans la plus pure tradition : ballons dorés et scintillants, inspirations tropicales et multiples boules à facettes. Des membres de la team circulent dans la foule de plus en plus compacte, affublés d’une quantité astronomique de paillettes et prêts à en distribuer à quiconque.

 

 

Il est déjà deux heures et Akil rend les platines au lyonnais Folamour devant un club plein. S’en suit une prestation de haute volée de la part du boss de Moonrise Hill Material : classics en tout genre, disco brulante et house enlevée. Il ne se refuse rien, distille ses propres compositions tout en souplesse. Il parvient même à jouer sans dépareiller le « Pump Up The Jam » de Technotronic. Autour de nous, l’ambiance est bon enfant, lumineuse et joyeuse. On semble être porté par une vague de joie communicative (et de paillettes) qui durera toute la nuit.

 

La suite des aventures Dure Vie n’est qu’une redite, un bis repetita de cette longue et belle nuit au Badaboum, il y a plus d’un an. Et quand on demande à l’équipe ce qu’elle nous réserve pour samedi, elle nous répond avec un sourire « Qui viendra, verra ! ». On est prévenu…

Rendez-vous pour souffler les 5 bougies samedi à la Machine du Moulin Rouge, avec Session Victim, Mr Ties, Young MarcoAdryiano et le résident Dusty Fingers. On vous fait gagner des places juste ici !