Dans tout ce que Montréal compte de festivals, soirées, concerts et évènements en tout genre, le Piknic reste le rendez-vous le plus attendu chaque semaine de l’été. Cette année, les Piknic Electronik ont fêté leurs 10 ans, l’occasion de revenir sur cette sauterie hebdomadaire.

J’ai vécu dans plusieurs villes de France, de petite, moyenne et grande taille, et je dois dire que je me suis toujours fait chier comme un rat mort. Le dimanche est un jour grisé dans l’agenda de la semaine où la seule activité productive consiste à regarder les films/séries accumulés pendant la semaine. A Montréal, il en est autrement. Chaque dimanche de juin à septembre, une bande d’idéalistes invite une brochette de DJs à se produire en plein air. Les plateaux confrontent des têtes d’affiche américaines et européennes à des locaux.  La formule paraît simple et évidente, pourtant, ce genre d’initiative est encore trop rare. De plus, il est possible de ramener sa pitance et sa boisson, moyennant des conditions strictes. Le but n’est non pas d’inciter à la consommation d’alcools mais de créer un espace convivial où tout un chacun peut apprécier une bière bien fraîche ou un vin préalablement choisi, au bord de l’eau, bercé par le son omniprésent.

En 10 ans, le nombre de festivaliers a été multiplié par 40 et c’est aujourd’hui plus de 8000 pikniqueurs qui foulent la prairie du parc Jean Drapeau et se déhanchent sous une hallucinante structure métallique. Signalons aussi qu’il s’agit de l’un des rares festivals aptes à remplacer Sascha Dive par Kevin Saunderson moins de 48h avant l’évènement… Généralement, le site est divisé en 2: d’un côté, la scène Guru offre une alternative deep et underground à la scène principale où il faut bon d’entamer ses bières sorties du frigo et ses sandwiches préparés avec amour. Le son augmente petit à petit pour atteindre à partir de 14h pour atteindre son pic vers 16h. De l’autre, la scène Moog accueille la programmation officielle, généralement « lourde ». Jugez plutôt: ce dimanche Lunice, MachineDrum et Jacques Greene s’échangeront les platines tout le long de l’après-midi dans le cadre du MEG.


Les Piknic, ce sont aussi des évènements en soirée, basées sur le même principe: démarrage des hostilités relativement tôt, repas au bord de l’eau et performances musicales et visuelles. Ce samedi, c’est SquarePusher (Warp) qui sera mis à l’honneur pour un live exceptionnel, au même endroit. Mais le staff a la bougeotte et ne se cantonne pas à ce seul lieu magique et se déplace aussi une fois par an sur le canal de Lachine (cette année c’est le 11 août) et s’est également exporté à Barcelone !

Il s’agit donc de musique de qualité et large d’esprit. Mais ce n’est pas seulement une histoire de son. Le Piknic aime sa ville et le montre en promouvant des programmes d’insertion sociale et en encourageant le développement durable, notamment grâce à un partenariat solide avec la Société de Transport Montréalaise et des fontaines à eau incitant à ré-utiliser ses bouteilles d’eau. Car, oui, se trémousser sous le soleil ardent de Montréal, ça donne soif. Et les organisateurs ont assez de cœur pour laisser les fêtards s’abreuver sans les obliger à payer 4$ la bouteille de 30 centilitres !

A 21h, le jour commence à décliner et le week-end s’achève sur un magnifique coucher de soleil sur la ville de Montréal, face à l’île. Exceptionnel. Le passage au Piknic de Montréal est obligatoire pour tout amoureux de musiques mais également pour tout bon vivant qui se respecte. Chacun peut y trouver chaussure à son pied. Chaque Piknic est unique. A vous de trouver le vôtre :

Art Department (CA), Benoit & Sergio (US), Blond:ish (CA), Claude VonStroke (US), Creator (CA), Disco Bum (CA), Don Mescal (CA), Dubfire (US), Eats Everything (GB), Éloi Brunelle (CA), EZLV (CA), Fred Everything (CA), Greg Pidcock (CA), Jacques Greene (CA), Justin Martin (US), Khalil, Eliazar (CA), Laura Jones (GB), Lee Burridge (GB), Living Stone (CA), Lunice (CA), Machinedrum (US), Manygances (CA), Margaret Dygas (GB), Mateo Murphy (CA), Matt Tolfrey (GB), Maus (CA), MightyKat (CA), Miguel Graça (CA), Misstress Barbara (CA), Mossa (CA), Nina Kraviz (RU), Ohm Hourani (CA), Pheek (CA), Prince Club (CA), Sascha Dive (DE), Soundshaper (CA), Taal Mala (CA), Tone Depth (CA), Tone of Arc (US) et Wolf + Lamb (US)