Collectionneur est l’un des qualificatifs les plus adaptés pour décrire James Dean Brown. Originaire de Francfort, Peter Weiss de son vrai nom est amateur de jolies choses, curieux de nature et disposant d’un véritable sens du détail, ce personnage discret s’impose comme un véritable esthète. En homme de goût, vous pourrez parler avec lui de nombreux sujets allant de la gastronomie au design en passant bien évidement par la musique. Ce dernier sujet reste cependant celui pour lequel son éclectisme et la largeur de son répertoire font office de référence. En effet, présent au sein de la nébuleuse Perlon depuis ses balbutiements dans ville d’origine Francfort, James Dean Brown officie en tant que moteur dans plusieurs projets tels que Narcotic Syntax aux côté de son plus fidèle collaborateur Yapacc ou encore Hypnobeat un projet qu’il développe depuis 1983 et qu’il défend aujourd’hui avec Helena Hauff sur scène accompagné de nombreuses boîtes à rythmes.

A côté de ses prestations live, James Dean Brown est aussi DJ et collectionne les disques depuis sa plus tendre enfance. Le projet Dope Exotica a mis presque deux ans à prendre forme entre les recherches, les compilations, l’enregistrement et les modifications ou les rajouts. Commencé début 2002 le projet aboutit finalement en septembre 2003 avec une sélection de 229 morceaux tout droit sortie d’une collection de disques constitué sur presque 50 ans. Initialement, le projet avait été enregistré sur 12 CDs, James Dean Brown a pris le soin de les mettre bout à bout afin de rester fidèle à son concept qu’il décrit ci-dessous.

« Ce set hors norme et unique vient mélanger un ensemble de sonorités issues d’inspirations et de genres divers et variés de manière envoûtante en un flux surréaliste d’une durée de 15 heures, 40 minutes et 20 secondes. Au-delà des miroirs et autres dimensions abstraites, ce mix vise à éveiller et intensifier un sentiment d’évasion. Il évoque l’ambiance exotique similaire à celle que l’on pourrait ressentir lors d’un trip psychédélique, sans pour autant inclure la prise d’une quelconque substance psychoactive. Dans la production semi-conductrice, le ‘dopage’ implique l’introduction délibérée d’impuretés dans un élément extrêmement pur, avec pour but la modulation de ses propriétés d’écoulement. L’Exotica constitue ici l’ingrédient de base de cette composition, avec toutes sortes d’impuretés ajoutées entre les conducteurs et isolateurs du mix, le rendant apte à se diriger partout où vous le souhaitez … »

Collector is an excellent adjective to describe James Dean Brown. Peter Weiss initially from Frankfort and cherish an art of living that goes hand in hand with his deep sense of details and his curiosity that make him a modern aesthete. As a man of taste,  James Dean Brown is a passionate spokesperson on many subjects such as design or gastronomy and obviously music. This last thematic remains the field on which his eclectism and his extensive repertoire raise him to the rank of an expert. Indeed, like a cat with many lives, James Dean Brown took part in many projects. He is gravitating around Perlon since it first breathes, and he participated in the label with his long time music partner Yapacc as Narcotic Syntax. But even before this, since 1983, he develops Hypnobeat a live performance that he now defends on stage alongside Helena Hauff and many drum machines. Aside from music productions and live performances, James Dean Brown is also a well-trained collector. The Dope Exotica project last almost two years before to find it final shape. Started early 2002 the project finished in September 2003 with a selection of 229 tracks of from his records collection daté de 1954 à 2003. First recorded on 12 Cds, James Dean Brown took the time to merge them to stick to its concept that he explains briefly below.

This unique, enchanting megaset is conveying music from most different styles and minds into a catching, surreal flow of 15 hours, 40 minutes, 20 seconds length. The mix from behind the mirrors and other dimensions is about remembering, intensifying or substituting a feel of escapism. It suggests an exotic ambience that resembles the feeling of being stoned without having dropped any psychoactive substances. « In semiconductor production, ‘doping’ intentionally introduces impurities into an extremely pure (element) for the purpose of modulating its (flow) properties ». Exotica music is the base ingredient used here, with all sorts of « impurities » added between the conductors and insulators of the mix, to make it go wherever you want…

Discover the full Dope Exotica tracklist