Yakamoto Kotzuga - Lost keys & Stolen Kisses

3,5/5

Aujourd’hui, nous vous faisons partager une découverte qui date d’il y a à peine 2 heures : l’artiste Yakamoto Kotzuga. Et pour une fois, ça vient de Reims !

Un blogger est par définition un branleur qui ne supporte pas qu’on lui donne des ordres. Un blogger reçoit environ 15 promos non-personnalisées par jour avec une petite mention du type « si vous pouvez faire une chronique c’est super ! » de la part de personnes (robots ?) qui n’ont – dans 95% des cas – pas pris la peine de vérifier si la dite promo correspond à la ligne éditoriale du blog en question. Ça c’était pour la minute gueulante du dimanche. Un blogger c’est également quelqu’un qui fait attention à son environnement (du moins quand il fait son taff) mais qui est souvent trop fatigué ou trop flemmard pour prêter une oreille attentive à des choses qui se font directement chez lui, sous ses yeux, mais qui va être sensible à la prise de contact et aux personnes qui tirent la bonne corde.

Phonographe, c’est un peu ça. Phonographe existe depuis 3 ans à Reims et n’a jamais pris le temps d’étudier de près ce que fait Etienne, jeune label manager depuis 2 ans, qui se démène pour faire survivre sa structure HighLife Recordings dans la jungle de la surenchère musicale. Et Phonographe se doit bien de faire en ce dimanche un beau Mea Culpa en parlant de la dernière sortie en date de la maison, Lost keys & Stolen Kisses de Yakamoto Kotzuga. Si on sert à quelque chose, autant que ce soit à ça…

High Life Recordings se destine à sortir, de façon régulière, des talents cachés oscillant entre le down tempo, la bass music et l’electronica. Il avait d’ailleurs récemment mis en avant celui dont tout le monde parle en France aujourd’hui, l’étrange Dream Koala. Yakamoto Kotzuga vient de la Sérénissime et a visiblement été assez inspiré par sa ville pour retranscrire dans sa musique la lenteur des gondoles et le calme de ses nombreux canaux. Il surfe sur la vague Shlohmo / Clam’s Casino / Cloud rap pour offrir un EP des plus glacials. Les premières notes de « About Me » ont suffi à nous conquérir et à nous donner envie de passer au morceau suivant. Alors que « Feel You » attaque un peu plus avec une pointe de saturation, les claps du morceau ayant donné son nom à l’album envoûtent et réchauffe avec une pointe de r’n’b qui n’est pas pour déplaire. « To be with you » conclut l’ensemble avec un morceau dépitché et tout aussi aérien que les premiers.

C’est une réussite pour cette jeune pousse, et l’on aura plaisir à écouter ce Lost keys & Stolen Kisses lors des longs dimanches gris. À croire que Highlife Recordings serait la bande-son officielle de la ville de Reims !

@CyprienBTZ