Crédit  photo:  Julien Babigeon

La première fois que nous avons rencontré Rocky (notre interview), c’était le 18 juin 2011 à Reims, lors de la dernière soirée Foreplay où Yuksek présentait alors son nouvel album « Living On The Edge Of Time ». Dès la première chanson, le charme du groupe a opéré et nous avons tout de suite été conquis par le style et l’univers musical de ces quatre lillois menés par la sulfureuse Ines. Cette même Ines que, quelques mois après nous retrouvions en élégante choriste du Penny Loafer Orchestra de The Shoes, formé pour un live unique dans le cadre du festival Elektricity.

Déja un an, et beaucoup de choses positives se sont passées pour eux: une signature chez GUM, label de Woodkid, The Shoes ou encore Hermane Dune; des concerts dans des salles combles avec des artistes de renom; une première partie de The Shoes à l’Olympia,… Rocky séduit et transcende son public, le fait se trémousser sur des thèmes de dance rétro solidement interprétés. Des performances lives remarquées par la presse spécialisée et qui ont même été jusqu’à animer les plages de Calvi On The Rock cet été. Dernière rencontre avec le groupe, le 16 août dernier où l’on partageait avec eux l’affiche de la résidence d’Elektricity au Lieu Unique dans le cadre du « Voyage à Nantes« .

Plus d’un an donc depuis la découverte de ce phénomène et voilà que Rocky est de retour à Reims le 26 septembre pour une soirée dédiée au deuxième sexe dans le cadre du festival Elektricity avec comme autres  invités, les rémois de About The Girl et les turbulents garçons de La Femme. Pour cette occasion, nous avons décidé de demander au groupe une playlist de dix morceaux regroupant des tracks qui représentent leurs influences et leur univers. C’est avec précision et entre les sessions d’enregistrement de leur premier album qu’ils se sont prêtés au jeu, pour nous livrer cette playlist (sans doute une des meilleures que l’on ait pu publier jusqu’à maintenant). Jugez-en par vous même. Bonne écoute.

Whirlpool Productions – From Disco to Disco
« Sorti en Allemagne au milieu des années 90, bien avant la nu-disco, DFA… ce morceau est un classique instantané. Au milieu du track la musique s’arrête et repart de la façon la plus naturelle qui soit, c’est magnifique »
Pachanga Boys – Time
« Un quart d’heure de rêverie. Le track parfait, pur et simple. A 4’39 », un superbe gimmick de voix qui ne revient quasi jamais dans le morceau, du coup on a envie de le réécouter encore, et encore »
« Frustration = plaisir. Tu attends le refrain tout le morceau, et puis quand il arrive, tu es content, tu repenses avec nostalgie et/ou honte aux années MTV. »
« C’est hyper classe, Pharrell Williams à la prod, ça s’entend immédiatement. Il y a quelque chose d’hyper frais, presque naïf. Cette fille est à surveiller! »
« Carl Craig, un sample de Loleatta Holloway et un vocal dans du delay pour dix minutes de transe. Une équation parfaite »
 » C’est beau, c’est deep et ça me donne envie de danser à chaque fois ! Le genre de track qui réconcilie tout le monde. C’est un classique »
« Une pépite de 1979 qui vient du Niger. C’est slow, afro, disco, analogique, avec une ligne de basse incroyable. Impossible de rester en place… »
« Entêtant, tendu, une vrai « fusion »… mais cette fois pour le meilleur entre des beats afro latino , de grosses basslines et synthés analogiques, le tout avec de superbes vocaux cubains »
Supermax – Love Machine
« La rigueur et le minimalisme du groove allemand. Souvenir de Renault 15, la nuit pour partir aux sports d’hiver. Je ne savais pas encore danser à l’époque, mais je savais déjà que ça resterait un de mes morceaux préférés »

Cybotron – Alleys Of Your Mind
« Detroit en hiver… C’est chaud quand même, c’est granuleux et minimal, c’est Kraftwerk qui travaille dans les usines Chrysler… »