Le jeune Mono/poly nous revient plus en forme que jamais avec Golden Skies, son deuxième long format, 4 ans après le psychédélique Paramatma. Charles Dickerson, de son vrai nom, nous abreuve d’un hip hop aux accents glitch depuis l’époque de Myspace. Après plusieurs années passées à peaufiner son art, le californien, proche de Flying Lotus et de l’équipe de Brainfeeder, nous apporte avec son second opus un voyage sonore et onirique, digne suite de son précédent album.

(Version anglaise de cet article disponible ici )

Toujours dans une esthétique très new age, Mono/Poly fait belle place aux claviers éthérés et aux atmosphères célestes dans cet album. Les morceaux s’enchainent parfaitement, ne laissant jamais de blanc entre les pistes, comme pour signifier à l’auditeur qu’il s’est embarqué dans un voyage musical qu’il devra parcourir dans sa globalité s’il veut l’apprécier réellement.

Dikerson conserve sa sensibilité hip hop tout en la portant vers de nouveaux horizons, inspiré par le spiritual jazz et la soul 70’s. La construction des morceaux est riche et celle de l’album, alternant envolées électroniques puissantes et interludes aériens, semble tout aussi complexe.

« Wind Of Change», l’introduction, est un morceau naviguant entre ambient, hip hop et acid jazz, nous donnant ainsi le ton de l’album et démontrant par là même la diversité de styles auxquels s’attache ici Mono/Poly.

« Ra Rise », premier morceau dévoilé par le californien, nous gratifie d’une envolée méditative et apaisante.

Des compositions comme « Golden Skies » ou « Light Age » rappellent les pionniers de la musique électronique new age comme Mort Garson ou encore Isao Tomita. Le titre « Alpha & Omega » ne fait également pas référence à Boards of Canada que par son titre, on y retrouve leur claviers étranges et leurs atmosphères singulières, passées sous le spectre de Dickerson.

Autre morceau notable de l’album « Empyrean », avec le chant éthéré de Mendee Ichikawa peut aisément rappeler Massive Attack tout en ayant une touche moderne des plus rafraichissantes.

L’album se clot sur « Gamma » un morceau soul/jazz psychédélique en compagnie du bassiste attitré de Flying Lotus, Thundercat.

L’ensemble de l’album n’est pas sans rappeler le travail de Sun Ra et en constitue un digne héritage.

Golden Skies semble se placer véritablement au coeur de l’histoire de la musique new age, se faisant, Mono/Poly inscrit sa musique au sein de son époque, avec une précision remarquable. Mélangé à ses racines hip hop et jazz, cela convoque un trip hop d’un nouveau genre, teinté de psychédélisme.

On ne peut que se demander ce que fera le jeune californien à l’avenir. Etant au début de sa carrière, cela promet encore de bien belles aventures

Vous pouvez dés à présent écouter l’album en streaming ici.

Mono/PolyGolden Skies (Brainfeeder/Ninja Tunes) sortie le 25/08/14

4/5