Le cru 2019 s’annonce tout aussi dense & riche que l’année précédente : beaucoup, beaucoup, beaucoup de festivals auront lieu en très peu de temps. La bonne nouvelle, c’est qu’il en a enfin pour tous les goûts, et – presque – tous les portefeuilles. 

Grand raoût regroupant des milliers de personnes versus intimité et liberté ? Programmation intransigeante et découvertes versus valeurs sûres et stars mondiales ? Plutôt que pointer du doigt les mauvais joueurs, ceux qui pratiquent des tarifs exorbitants et des propositions musicales douteuses – voire carrément identiques aux voisins, nous vous proposons ici, humblement et ne suivant aucune logique programmatique ni musicale, une liste non-exhaustive mais 100% qualité des festivals made in France à ne pas manquer cet été, dans un ordre chronologique allant de mi-juin à fin août. Alors oui, nous en avons malheureusement manqués quelques uns – Le Bon Air en tête, la faute à un agenda bien rempli.

Un second guide sur la rentrée pointera son nez d’ici peu !

Crédits photos © Laurence Revol, Rémi Golinelli et Pierre Nocca

Monticule Festival, douce rave sous les étoiles 

Un des festivals les plus singulier alliant musique non-stop, bien-être sous les étoiles et détente au bord de la piscine accueille chaque année un panel étrange & large de festivaliers, ravers et mélomanes en quête de sensation(s). Parmi ce line up d’anniversaire assez imposant, on retiendra le live des Pilotwings, Tako, Simo Cell, Philip Jondo, Blawan ou encore Curses, qui nous a signé un podcast de haute volée pour l’occasion.

Les Siestes Électroniques, la gratuité au service de la découverte

Le rituel est immuable et l’assurance de (nouvelles) sensations fortes est respecté, d’année en année : les Siestes Électroniques, c’est assurément un des festivals les plus défricheurs de l’Hexagone et, chose si rare, gratuit. Pour la modique somme de rien, vous pourrez donc applaudir des propositions fortes, franches, voir radicales, avec un accent porté sur le live. Cette année, deux nouveautés s’ajoutent au programme : une nuit américaine – avec Patrick Vidal et Tim Lawrence entre autres, et des réveils musicaux, dont un orchestré par DJ Sotofett, rien de moins.

Entre expérimentations et dancefloor, la ligne est toujours fine mais forcément rafraichissante. Cette année, Teki Latex & Betty, Sacrifice SeulSlikback ou encore BbyMutha seront au programme. Du beau, du bon.

Macki Music Festival, soleil & groove en bord de Seine

Les années se suivent et se ressemblent (presque) au Macki Music Festival, et ce n’est pas pour nous déplaire, tant on a l’impression d’être chez soi. Et nous ne sommes pas les seuls à s’y sentir bien, la popularité du festival a encore passé un cap cette année, avec la quasi-totalité des tickets vendus en quelques semaines. La Mamie’s & Cracki Records déroulent à nouveau un tapis rouge pour groove sûr, avec, entre autres, David Vunk, DMX Krew (dont nous parlions il y a peu), Palms Trax, Red Greg, Domenique Dumont ou Traxx. Mais ça, c’est si vous avez votre pass.

Gilles Peterson’s Worldwide Festival : what else?

A t’on encore besoin de présenter, ou du moins dépeindre ce qu’est le Gilles Peterson’s Worldwide Festival, ou WF pour les habitués ? Du soleil au bord de mer, des nuits à la belle étoile et la fine fleur de l’électronique option groove, jazz et live de l’Angleterre. Sans oublié tout ce que la ville de Sète offre, et c’est le week-end parfait.

Côté musique, cette année : KOKOROKO, responsable du plus beau titre de 2018, Peggy Gou, Kamaal Williams, Leroy Burgess en full band, Cotonete, Bradley Zero, Josey Rebelle, … On s’arrête ici, et on se donne rendez-vous sur la plage.

Astropolis, toujours debout, toujours plus fort

Vingt-cinq années et toujours debout, plus fort que jamais. Astropolis ne semble pas vieillir et, tout en perpétuant les traditions – le final en quatrième vitesse au Manoir, par exemple – se renouvelle et reste l’un des piliers électronique de notre pays. Et ce n’est pas les venues de Paula Temple, Call Super, Skee Mask, X-102 aka Jeff Mills & Mike Banks, Jensen Interceptor, DJ Marcelle ou Mor Elian qui nous fera dire le contraire.

The Peacock Society Festival, rave toujours 

La plus grande rave d’île-de-France est de retours, une nouvelle fois au Parc Floral pour nous faire vibrer. Deux (longues) nuits en forme d’exploration précise, juste & toujours excitante des scènes électroniques & de leurs artistes – dans le sens large du terme – qui marquent notre année, ou celles à venir. On retrouve donc, un peu pêle-mêle, sans que cela nous déplaise, Modeselektor, Robert Hood, Daphni, Helena Hauff qui croisera le fer avec DJ Stringray, mais aussi Lorenzo Senni et son live toujours autant hypnotique, Bruce, Mor Elian ou nos amis de Promesses. Comme ils le disent bien, #bouillant.

Baléapop, bye-bye

C’est fini. Baléapop, pour sa dixième édition, nous quitte. Comme le disent les organisateurs, tout va bien. Ce n’est ni la ruine, ni l’embrouille, ni l’envie qui manque : « c’est juste que c’est le moment. Ce qui est beau et magique doit finir un jour, même à Saint-Jean-de-Luz. »

Alors, on range notre amertume et on se prépare à vivre une dernière fois le Baléapop. Une édition best-of, avec tous les artistes qui ont marqué l’histoire du festival, de Connan Mockasin à Bufiman, en passant par Etienne Jaumet, Epsilove, Fils de Jacob, Young Marco, Zaltan, … *(larmes qui coulent aux coins des yeux)*

Les Courants Alternatifs : à taille humaine, c’est toujours mieux 

Un dernier week-end de repos, fête & bonne bouffe avant le retour au bureau, ça vous dit ? Les Courants Alternatifs sont à votre rescousse. Cinq années à présent, et un format plus ambitieux – trois soirs, deux journées complètes dont beaucoup en accès libre – sans toucher à la qualité ni à la convivialité de tout ce qui fait un festival, de la musique à l’accueil, en passant par la nourriture et les boissons, le tout à petits prix.

Un showcase spécial Antidote avec Domenique Dumont et Zaltan, Etienne Jaumet en live, Eclair Fifi et La Fraicheur pour une belle dose d’énergie, mais aussi les meilleurs sélecteurs du pays – Flegon, Malouane, D.K., Pardonnez-nous, Maybe Tonight, … De quoi repousser la rentrée avec panache.