Cela faisait longtemps que l’on attendait la suite de la saga. On avait ouï dire qu’un second chapitre était en cours mais sa date de parution n’était pas encore prévue. Alors quand on a su que le second volume de Disco Sympathie allait bien sortir, on a commencé à imaginer notre future bande-son de l’été, sur fond de décor tropézien et discothèque branchouille pour danser toute la nuit, un peu comme dans les 80’s, mais version 2019. Et pourtant, ce n’est pas vraiment ce qui s’est passé. Contrairement à son aînée, POP Sympathie se concentre sur une vague du debut des années 80 en France. Moins boogie résolument plus rock et électronique, entre new wave et synth-pop.

L’archéologue Vidal Benjamin – si l’on pouvait le nommer ainsi en matière de recherche musicale – réalise un tournant avec cette nouvelle compilation. Terminé les « sympathies » disco, les merguez du genre, un peu drôle, un peu cocasse sur fond de productions qui groove et font décoller le parquet. Place aux « sympathies » pop aux accents rocks & électroniques, qui pourraient se rapprocher de la new wave et de la synth-pop en termes de productions. À l’exception notable de quelques morceaux : « Si Me Olvidas » de Cecilia et son tropisme envoûtant, ou bien le « Cine Cha Cha Cha » d’Electropic.

Tous sortis dans la première moitié des années 80, ces morceaux improbables, décalés sont souvent issus de la face B d’un 45T ou non référencés sur Internet. On notera tout de même quelques références : le label Saravah sur lequel est sorti le 45T de Cécilia (dont le prix a décollé sur Discogs) créé par le producteur Pierre Barouh en 1965, où l’on retrouve plusieurs sorties de qualité comme Brigitte Fontaine ou le groupe Catharsis. Également, le morceau « Je n’sais pas avec qui » de Ronan Girre, chanté par Arielle Dombasle sur la BO Beau Mariage d’Eric Rohmer. Et enfin, le célèbre groupe Martin Circus dont les tubes commerciaux « Marylène » et « Je m’éclate au Sénégal » ne vous ont sûrement pas échappé. C’est – un peu – le message véhiculé de la compilation, mettre en lumière des artistes qui n’ont pas connu le Top 50 ou presque. Seulement leur visage sur un 45T, et puis c’est tout.

Des artistes, qui pourtant nous touchent aujourd’hui, en racontant des histoires remplies d’amour et d’espoir avec lesquelles on pourrait facilement s’identifier. Une jeunesse qui cherche l’amour le temps d’un soir ou qui n’y croit plus (« Marre d’aimer« , « Poupée »), en sortant dans les clubs pour danser dans l’insouciance, et qu’importe s’il faut payer cher l’entrée (« Je Vais Danser« , « Une Fille En Transe« ) même si on ne se souvient pas très bien de la soirée (« Bains Douches ») c’est toujours mieux que de penser aux problèmes de société (« Ça Ç’Arrange Pas ») et de rêver d’être une star (« Rêves De Stars »).

C’est ainsi que Vidal Benjamin signe la bande son d’une génération d’artistes oubliés, dont le style s’apparente à celui des Bains Douches, temple des influences post-punk et new wave à la française comme l’illustre à juste titre « Bains Douches » de Martin Circus, sûrement un des morceaux phares de la compile. Au passage, il tourne une page et une histoire, celle de Disco Sympathie & probablement celle du Palace, si l’on reprends un peu les mots du journaliste Clovis Goux. Mais une chose est sûre, POP Sympathie s’écoute encore aujourd’hui, sans prendre la moindre poussière.

POP Sympathie est disponible sur Versatile.

Tracklist :

Cécilia – Si Me Olvidas 

Electropic -Cine Cha Cha Cha 

Laurent Stopnicky – Amour Fonctionnel

ZIG ZAG – ça s’arrange pas

BISOU – Marre d’aimer

Milpattes – Je vais danser

Janou – Démodée

Martin Circus – Bains Douches

Sonia – Je sais plus ou j’en suis

Fabienne Stoko – Poupée

Anne Lorric – Délivre moi

Yogo – Reve de stars (I-Cube dreamy edit)

Arielle Angelfred – Cauch’mar bizarre

Ronan Girre – Je n’sais pas avec qui

Reserve – Une fille en transe