Bonobo s’est, en 10 ans et 4 albums, forgé une solide réputation de producteur au sein de l’écurie Ninja Tune qui l’a repéré dès « Dial ‘M’ for Monkey », son second long format. Créateur de la musique downtempo, il fait dorénavant partie des piliers du genre au même titre que Coldcut ou Zero 7. En tant que producteur, Bonobo a évolué du statut de sampler de génie armé de sa MPC et de vinyles qui craquent, à celui de compositeur hors pair. En tant que DJ, c’est une véritable machine à danser mélangeant les genres Made in UK: d’un rap froid et obscur à de la dubstep assassine en passant par de la Drum & Bass légère et des classiques abstract hip-hop, il s’érige en véritable sélecteur. En ces temps de grand froid, il revient nous réchauffer avec un album de remixes à paraître sur Ninja Tune.
Black Sands, le quatrième LP du producteur est sorti en 2010 et a été extrêmement bien accueilli par la presse. Du Times au Guardian, on ne tarit pas d’éloges sur cet album qui semble être l’aboutissement de 10 ans de carrière. Bonobo, au sommet de son art, fait même découvrir au grand public la belle Andreya Triana dont il a produit l’album, après ce featuring de luxe. Ninja Tune profite de ce succès commercial pour sortir un album de remixes des meilleurs titres de l’album… 2 ans après. A cette occasion, différents artistes issus de la Ninja Familyse bousculent dans la tracklist pour proposer leur propre relecture du disque et en faire une version pour le moins intéressante, sans pour autant bousculer son esprit originel. Nous retrouvons donc Lapalux, l’une des dernières signatures des cousins de Stones Throw, j’ai nommé Brainfeeder, Cosmin TRG, Floating Points, celui que l’on ne présente plus, FaltyDL, Alix Perez aka ARP101, Machinedrum, Banks, Dels, Mark Pritchard, Mike Slott et Blue Daisy.

L’album s’ouvre sur Prelude, remixée par Lapalux, plus longue et plus punchy que l’originale qui dure seulement quelques secondes. Les instrus sont conservées, un beat résolument hip-hop vient agrémenter le tout, le remixeur pose bien sa patte et marque son territoire. Propre. Le remix de The keeper par Banks en est la suite logique. Moins atmosphérique que la première version, sa relecture élude la voix d’Andreya Triana mettant une musique retravaillée au clavier en évidence, ce qui est bien dommage. Il semble que les remixeurs se soient donnés le mot pour créer une harmonie dans la tracklist, j’en veux pour preuve le remix de Cosmin TRG, plus orienté dance-floor, avec une montée en puissance très travaillée et rigoureuse. Cela ne ressemble, certes, en rien à Sir Bonobo, mais apporte une certaine valeur ajoutée au travail de ce dernier. C’est au tour de Floating Points de montrer de quel bois il se chauffe en baissant la cadence d’un ton. Très bien construite, sa version de Eyesdown prouve une fois de plus sa réputation de producteur.

C’est à ce moment qu’ARP101 en profite pour alourdir le beat et le rendre plus agressif avec une Drum’n’Bass légère qui n’agresse pas les tympans. Celui-ci a bien compris à qui il s’adressait et que trop de D’n’B tue la D’n’B. On retiendra également le travail de l’excellent FaltyDL qui n’est pas connu pour son talent de remixeur mais qui s’en sort plutôt bien. Après une dizaine seulement de remixes pour Hotflush ou Planet Mu, remixer un artiste aussi écouté que Bonobo semble être un exercice périlleux. La piste la plus surprenante reste Eyesdown en featuring avec le rappeur DELS. En effet, qui aurait pu s’attendre à voir la voix d’Andreya Triana supplantée par une tierce personne absente sur l’original? Le résultat n’est pas décevant et offre une vision totalement différente que l’abstract hip-hop/downtempo présent tout au long de l’album.

Dans son ensemble, Black Sands Remixed est un bon disque, à posséder dans sa discographie. Cependant, sa longueur en fait tout de même une galette difficile à écouter de bout en bout et pourra s’apprécier à sa juste valeur, avec parcimonie. On peut également se poser la question de la pérennité de l’oeuvre au fil des ans, l’original restant une véritable pièce de collection.

Bonobo featuring Andreya Triana – The keeper (Original mix)

[audio:http://www.phonographecorp.com/wp-content/uploads/2012/02/09-The-Keeper-Featuring-Andreya-Triana.mp3|titles=09 The Keeper Featuring Andreya Triana]

UPDATE: En attendant la sortie de l’album, vous pouvez télécharger gratuitement l’un des morceaux du disque sur le site officiel de Bonobo en échange d’une petite adresse e-mail.

Tracklist

01. Prelude (Lapalux’s Finger on the Tape Remix)
02. The Keeper (Banks Remix)
03. Kiara (Cosmin TRG Remix)
04. Eyesdown (Floating Points Remix)
05. Eyesdown (ARP 101 Remix)
06. Eyesdown feat. Andreya Triana & Dels
07. All In Forms (Falty DL Remix)
08. Ghost Ship
09. Stay The Same (Mark Pritchard Remix)
10. Eyesdown (Machinedrum Remix)
11. All In Forms (Mike Slott Remix)
12. Stay The Same (Blue Daisy ‘Not Quite the Same’ Remix)
13. Brace Brace
14. Black Sands (Duke Dumont’s ‘Grains Of Sand’ Reconstruction Edit)

Disponible dans les bacs dès le 13 février, sur Ninja Tune.