HighFidelity

Il est parfois là, au coin de ta rue mais il faut bien avouer que le plus souvent, il « était » parfois là, au coin de ta rue. Remplacé par un 8 à huit, un bar à sushis ou encore un horrible Courir, ton disquaire, ou le disquaire – c’est selon – est aujourd’hui persona non grata aime-t-on à nous répéter aux travers d’articles soporifiques et alarmistes dans les grands quotidiens. Et bien oui Mesdames et Messieurs, les chiffres sont là pour le prouver !

Et pourtant, le vinyle lui ne se porte pas si mal que ça. Petit résistant niché dans son maquis, il continue de survivre grâce à de nombreux passionnés mais aussi car la House, la Techno – et tous leurs dérivés – revenues à la mode, ne lui laissent pas le temps de tranquillement s’endormir les salauds. Ainsi, preuve si il en est, La Source, nouveau disquaire, a ouvert il y a peu ses portes à Paris et le succès est au rendez vous. Bam ! Dans ta gueule Hadopi !

Voici donc 10 bonnes raisons de se rendre chez son disquaire aujourd’hui, demain, quand tu veux : 

 

1) Ça te rapprochera de ton père, et peut être même de ta mère tiens.

menteur-menteur-1996-03-g

Invariablement, et que tu ne le veuilles ou pas, tu gagneras en intérêt auprès de tes parents. Et ça, quoique tu puisses en dire, crise d’adolescence ou non et bien ça compte. Fini les repas de famille où mis à part quelques jolie phrases sur le dernier match de l’équipe de France ou encore sur ton dernier voyage humanitaire tu n’en places pas une. Maintenant, toi tu sais ce que ça fait de rentrer dans un bordel à disques, sans youtube, sans même internet et de devoir tout de même choisir quelque chose. Et ça, pour eux, ça compte.

 

2) Pour comprendre tous ces types qui te parlent plaisir du « craquement », du « grésillement »et de la « profondeur sonore ».

shelton

 

Quoiqu’il arrive, tu l’as déjà entendu ce discours chiant comme la lune (quelle drôle d’expression d’ailleurs) à base de termes aussi techniques que désuets. Tu aurais bien voulu avoir un avis toi aussi, pouvoir leur répondre « mais carrément ! En même temps un son compressé MP3 c’est plus de la musique », cracher sur les ignobles types qui osent utiliser des convertisseurs « Youtube to MP3 », la honte suprême. Et bien fonce chez le disquaire, tape toi quelques grésillements, quelques craquements avant que la chanson ne démarre, balance les basses à fond et tu comprendras. Tu pourras leur répondre à ces salauds ! Tu pourras leur répondre que oui, il y a quand même une sacrée différence.

 

3) Si c’est moisi tu peux toujours t’en servir comme dessous de plat.

20013152

Je vous vois arriver de loin, avec vous sourires en coin, vos sarcasmes et vos « Quand même ! Dès la troisième raison la type n’a plus aucune idée au point de nous balancer un conseil pratico-culinaire ! ». Encore une fois, on sous-estime bien trop l’achat de disques qui semblaient, de prime abord, être une sacrée idée mais qui, après 1 semaine d’écoute, s’avère être un achat moisi. N’ayez crainte, ce vinyle-là vous servira de dessous de plat et engendrera, auprès de vos invités, des réactions de type « tiens mais quelle bonne idée » ou encore « qu’est-ce que c’est joli ! De la récup’ intelligente ! » et ça, ça n’a pas de prix.

 

4) Tu peux enfin fouiller le grenier de ton grand-père et t’extasier sur autre chose que ses photos de l’armée.

charmed-grenier-big

Que tu y sois autorisé ou non, fouiller le grenier des vieux est quand même une étape aussi importante que grisante dans la vie d’un petit fils – d’une petite fille. Pour  ne plus s’extasier uniquement sur des photos de guerre, des têtes de sanglier ou encore, pour les plus déviants, de vieux magazines érotiques (merci papi) et bien dépoussière ta platine. Ce grenier, convoité depuis si longtemps, le même qui te faisait peur petit, deviendra un coffre à trésor rempli de vinyles, souvent bien moisi (dans ce cas-là se référer au petit 3 ou si la pochette est marrante au petit 9), mais aussi parfois rares ou simplement très bons.

 

5) Si tu te fais agresser en sortant, tu auras une arme à multiples fonctions.

$(KGrHqZHJEUFDJ07TgPJBQy2nCwIWQ~~60_12

On l’oublie bien souvent, mais le monde dans lequel nous vivons est dangereux, agressif et sans pitié. Une agression, un vol ou tout simplement une bagarre sont si vite arrivés. Ne nous voilons donc pas la face, il est peu probable que tout le monde se ballade avec un couteau entre les dents ou dans la poche. N’importe quel objet te procure donc un avantage décisif et force est d’admettre qu’un vinyle dans la gueule et bien ça fait quand même bien plus mal qu’un Ipod ou que le dernier CD des Enfoirés. De plus, si l’agresseur ou la victime (c’est selon votre bord) s’échappe, la fonction frisbee prendra alors tout son sens.

 

6) Parce que sur vinyle il y a quand même très peu de chance que tu tombes sur Matt Pokora-Robin des Bois.

statuette-de-collection-playmobil-robin-des-bois-leblon-delienne

Le vinyle reste encore aujourd’hui ce petit format trésor. Alors, certes, tu peux trouver des trucs biens inaudibles mais il y a peu de chances que ce soit de nouvelle sorties. Ainsi, aller chez un disquaire vinyle c’est éviter la tentation d’un Matt Pokora au regard brave et aventureux ou encore de la dernière mouture d’un Florent Pagny. Ce n’est quand même pas négligeable. Sinon, y’a La Fnac.

 

7) Tu pourras enfin poser un regard avisé sur l’industrie musicale – enfin, c’est ce que tu crois.

sortez-vos-platines-le-vinyle-revient,M103862

Comme dit dans l’introduction, à chaque année son lot d’articles alarmistes sur l’industrie de la musique, à chaque année ses conversations pour le moins ennuyeuses en soirée sur l’état du téléchargement et à chaque année ses mémoires révolutionnaires de Master Culture et Management sur « Comment repenser une industrie obsolète ? ». N’ayez crainte, en achetant des vinyles vous jouissez par là même d’une aura triomphante pour converser de tout cela. Un label spécialiste et/ ou connaisseur vous sera officieusement attribué, comme ça, presque gratuit.

 

8) Pour te sentir moins gêné et plus légitime quand t’as ce mec sur la gauche en soirée qui sort « Pfff, il mixe même pas sur vinyles. De la merde ! »

mickael-vendetta-dj

Il y en a toujours pour râler. Parfois c’est toi, parfois simplement tu les comprends et d’autres fois, souvent, tu ne saisis vraiment pas le problème. Ce mec, là, au premier rang qui ne bouge pas trop, tire à moitié la gueule, se retourne toutes les 5 minutes pour voir s’il est le seul à avoir vu la supercherie et assène enfin un « Le type fait genre mais est incapable de jouer sur vinyle ! Aucun intérêt. ». Tu aimerais bien le réconforter, l’aider, lui dire quelque chose, mais à vrai dire, tu ne comprends vraiment pas son problème, ou alors tu la fermes car le vinyle, tu connais pas bien. Et bien fonce donc chez le disquaire. Pour quelques deniers, tu t’achèteras pas mal de légitimité et tu pourras enfin lui répondre (qu’il fait chier ou qu’il a raison, c’est à toi de voir).

 

9) Quand c’est moisi et que t’as déjà un dessous de plat, tu peux te faire une déco murale arty en deux-deux.

article_2210-MAG-SHO-33TOURS

Autre variante pour tous ceux qui ne sont pas très branchés cuisine et pour peu que la pochette soit un peu cool comme ça, ou juste marrante, comme ça. Toi aussi devient Valerie Damidot et transforme ta maison en chambre rock Ikéa.

 

10) Pour le plaisir tout simplement.

disquaire-day-3302729997

Enfin, finissons par la seule raison réellement valable : Le plaisir. Oui, tout simplement. Celui de l’odeur dans un premier temps, si particulière au disquaire. Mais aussi celui de l’échange, du partage, de la découverte, d’un lieu de vie, du toucher ou encore celui de pénétrer dans cette boutique sans réel but ou envie et d’en sortir le sourire jusqu’aux oreilles. Tout cela avait déjà était très bien dit ici, par Tom à l’occasion du disquaire day notamment.

Charly

CharlyBct