En huit tracks, Arthur Cayzer & Jamie Roberts, DJs & producteurs derrière le duo Karenn, atomisent le club et au passage l’année 2019 avec leur dernier album en date, Grapefruit Regret

Bible incontournable, Resident Advisor annonce que les années 10’s – plus précisément, la techno & le son des clubs – leur appartient. Si nous ne sommes pas toujours d’accord avec eux, nous ne pouvons objectivement pas les contredire. Depuis leur hit « Auflen Whip » en 2011, ils ont participé à une mise à jour – si ce n’est re-définition de la club musique musclée, alors dominée par Berlin. Nous simplifions, forcément, mais l’idée reste la même : en solo ou à deux, Blawan, Pariah, Karenn sont des forces motrices made in UK et ont enfanté des dizaines de pâles copies.

Grapefruit Regret, un temps intitulé VOAM, est donc leur tout premier LP. Et il est à prendre comme les travaux précédents : une collection étendue de club tracks. Enregistré à Berlin, ces huit morceaux de bravoure destinés aux sound systems du monde entier prolongent sans totalement y parvenir l’expérience live du duo, dont la réputation sur le sujet n’est plus à faire. Sans y parvenir, parce qu’un live restera toujours plus brut, intense, imprévisible & empirique qu’un enregistrement club mais suffisamment proche pour se sentir souffler par le disque. Ce que nous perdons en spontanéité, nous le gagnons en production : au cordeau sur tout le disque, les deux comparses nous offrent une palette sonore large, ouverte, multiple même. Sans perdre en cohérence, des bangers comme « Lemon Dribble » ou « Strawbs » – l’ouverture du disque, en forme d’autoroute/lessiveuse – côtoient les abyssaux « Peel Me Easy » et « Taste Yourself ». Des remontées acides de « Kumquat » à la saturation maîtrisée teintée de 8-bit de « Crush the Mushrooms » – le sommet du disque, Karenn nous ballade d’un bord à l’autre de la club music. Un voyage réjouissant, à mille lieux de l’ennui d’un album 4x4 qui tente le storytelling : la club music, souvent, n’en a pas besoin. Nous sommes là non pas pour en découdre – trop martial & violent comme image – mais pour se lâcher, se perdre, exulter & tout oublier le temps d’une nuit, d’un album. Cayzer & Roberts l’ont bien compris. 

Karenn, Grapefruit Regret