La playlist d’aujourd’hui est consacrée à un label qui a fait plus que remplir ses fonctions depuis près de 23 ans maintenant : Ninja Tune. Entre électro, breakbeat, jazz, ambient ou hip-hop, Ninja Tune s’est toujours efforcé de proposer un catalogue large et (à l’époque) surprenant avec une identité graphique très forte. Découvrez mes coups de coeur en une dizaine de morceaux.

C’est en 1990 à la suite d’un voyage au Japon que l’idée de créer Ninja Tune fit son chemin dans les esprits torturés de Matt Black et Jonathan Moore, Après un passage à vide et une belle dépression après 10 ans d’existence, Ninja Tune reprend du poil de la bête et attaque une nouvelle décennie pleine de nouveautés et de découvertes. Décennie durant laquelle Big Dada, division rap défricheuse, vit le jour. On doit à Ninja Tune la révélation de nombreux groupes, artistes, DJs de qualité. Si le label bat aujourd’hui de l’aile, on ne peut qu’admirer le travail déjà effectué et l’impressionnant catalogue que Discogs orne fièrement dans ses nombreuses pages. Et l’on espère également que cette récession ne sera que temporaire. Hommage à un label qui compte / a compté / comptera (rayez les mentions inutiles).

Fink – Sort of revolution

Fink en concert, c’est l’assurance de s’endormir debout. À côté de ça, il est également l’un des fondateurs de l’excellent Aus Music (Joy O, Midland, George Fitzgerald…)

Blockhead – The music scene

Parmi toutes les surprises qu’a pu faire Ninja Tune, celle-ci est de taille : de l’électro-pop intelligente avec des clips qui impressionnent par leurs qualités. En live, Blockhead bénéficie de prestations VJing à littéralement couper le souffle.

Bonobo ft. Andreya Triana – Stay the same

Bonobo a été l’un des plus gros paris de Ninja Tune et est aujourd’hui l’un des fers de lance du label. Son 5ème album est en chemin, et nulle doute qu’il va faire du bruit ! Il est sur Stay the same en featuring avec Andreya Triana, jeune artiste Nu Soul découverte par Bonobo en personne. Son album solo, justement produit par Bonobo, est également une pure merveille.

Bonobo – Kiara (Cosmin TRG remix)

On vous en a déjà parlé, mais on en remet une couche : le roumain Cosmin TRG remixe habilement Kiara, issue de « Black Sands Remixed« .

Mr Scruff – Get a move on

Mr Scruff est une sorte de puit de science, d’encyclopédie musicale vivante, qui s’inspire de tout ce qui s’apparente au jazz et à l’électro pour en faire une musique unique, à l’image de ce Get a move on. Son Soundcloud regorge également de mixes de 5h explorant les tréfonds de la black music et de la house.

Daedelus – Order of the golden dawn

Avant de connaître sa musique, j’ai d’abord été intrigué par les monstrueuses rouflaquettes de Daedelus et son style british des années 60s, inimitable. Ce morceau d’ambient est loin d’être représentatif de son oeuvre, qui fait le grand écart entre downtempo et électro 8-bit (mais pas pour Flu Kidz, attention).

Diplo ft Amon Tobin – Mitch Theme remix

Une bonne façon de réunir en 1 seul morceau 2 producteurs qui ont largement contribué à la renommée de Ninja Tune. Certes, Diplo a aujourd’hui clairement cédé aux sirènes de l’argent facile et de la dubstep de supermarché, mais quand même, pas touche à Diplo !

Coldcut – Just for the kick

Ils méritaient bien une place en haut de ce classement. Sound Mirrors sorti en 2006 reste leur plus belle pièce et il fut compliqué de choisir parmi les 12 morceaux qui composent l’album. Just for the kick est un peu énervée et assez stressante, amusez-vous bien.

DJ Food – Dark Lady

DJ Food n’est autre qu’un alias collaboratif initié par les membres de Coldcut, également fondateurs du label. Aujourd’hui dirigé uniquement par Strictly Kev, DJ Food est à l’origine des mythiques Jaz Brakes (5 au total) et de la performance The Search Engine, dont la diffusion a été plus que rallongée à la Société des Arts Technologiques de Montréal (où Ninja Tune a une agence très active).

Wiley – Numbers in action

Impossible d’évoquer Ninja Tune sans parler de sa subdivision dédié au hip-hop, made in UK principalement, froid et obscur, Big Dada. Parmi ses représentants, on pourrait citer Wiley. Mais ça, c’était avant qu’il ne tombe bien bas

Roots Manuva – The falling

Son vrai représentant n’est autre que Roots Manuva, jamaïcain d’origine, échoué dans les banlieues ouvrières du sud de Londres. Son hip-hop, à la croisée du dub et du reggae, fait de lui un artiste singulier à découvrir au plus vite.

TTC – Teste ta compréhension

Non, TTC n’a pas connu que Para One, Orgasmic & Tacteel ! D’autres producteurs tels que DJ Vadim ou Daedelus se sont bousculés à leur porte. Et c’est bien à Big Dad que l’on doit leur succès.

Cinematic Orchestra, Dorian Concept & Tom Chant – Dream Work

Cinematic Orchestra reste un mystère : aux antipodes de ce que peut habituellement proposer le label, leurs prestations sont à chaque fois une expérience sonore et visuelle unique. NB : ce morceau est la track d’outro de l’excellent Phonocast de S3A !

Bonus :

Antipop Consortium -Volcano (Four Tet remix)

Après 3 sorties chez eux, je pense que l’on peut affilier ce groupe, l’une des meilleures formations rap au monde, à Ninja Tune. Ici, parfaitement remixé par Four Tet !

Ninja Tune, c’est également une poignée de Turntablist et de producteurs de talents : Ghislain Poirier, Funki Porcini, DJ Vadim, Deco Child, Kid Koala, Emika, FaltyDL, DJ Kentaro, Slugabed, qu’il était difficile de présenter en 14 morceaux…

Ninja Tune sera également à l’honneur lors de la prochaine Release The Groove qui aura lieu le 9 mars 2013 à La Machine du Moulin Rouge. Pour cette « Ninja Tune Label Night » c’est Falty DL, Letherette et Illum Sphere qui s’occuperont de vous faire danser de 23h à 5h. Pour en savoir plus, cliquez ici.

@CyprienBTZ