Après vous avoir partagé nos EPs et albums préférés de 2016, il est temps de jeter un dernier coup d’œil en arrière et lister les compilations et rééditions qui nous ont le plus marqués. Libérés de ce poids, nous pourrons aller de l’avant et plonger tête la première  dans 2017 qui s’annonce déjà grandiose. 

Ce premier volet regroupe les compilations que l’on a préféré : cette année, Heavenly Sweetness a largement tiré son épingle du jeu avec des travaux de recherche d’exception signés Digger’s Digest ou Guts & Mambo. On retrouve aussi Fundamental Records qui célèbre comme il se doit 20 ans de carrière d’un artiste qui n’aura peut-être jamais le succès qu’il mérite, DMX Krew. On salue au passage K7! qui lâche l’habituel axe Berlin – Londres – Detroit pour mettre en avant une personnalité qui le mérite : DâM-FunK. Mention spéciale à Dekmantel qui profite de l’ouverture de son festival Selectors pour lancer la série du même nom avec un invité de choix : Motor City Drum Ensemble. Comme chaque année, Rush Hour, Born Bad Records, Favorite et Minimal Wave nous ont régalé, chacun dans leurs styles.

Nous avons pensé aux plus flemmards d’entre vous en compilant tous les morceaux sur notre chaîne Youtube !

Antal & Thomas Gesthuizen

Surinam Funk Force (Rush Hour)

On connaissait déjà la capacité d’Antal (Rush Hour) et Thomas Gesthuizen à dénicher des perles rares surinamaises : après une compilation en 2012 sur Kindred Spirit, les deux compères récidivent. Boogie, funk, disco et kaseko surinamais sont au rendez-vous. Pour en savoir plus, découvrez notre chronique du disque.

Charles Maurice

French Disco Boogie Sounds Vol 2 : 1978-1985 (Favorite)

Avec ce deuxième volet, Favorite réussit la meilleure compilation french boogie des deux dernières années, et ça sonne !

DâM-FunK

DJ Kicks (K7!)

DâM-FunK porte le funk en lui. Il y a quelques années, le terme de Modern Funk, sorte d’alliage entre boogie, electro et musiques synthétiques, a fait son entrée dans le jargon musical. Sur cette compilation, il s’attelle à définir le genre avec ceux qui l’ont marqué ou influencé : Moon B, Reggie B ou Nexus. La compilation comporte également « Believer », un inédit bienvenu de DF. Très belle initiative de la part de K7!.

Digger's Digest & Dr. Nico Slikris

Digital Zandoli (Heavenly Sweetness)

Digger’s Digest & Nico Slikris s’associaient le temps d’une compilation pour Heavenly Sweetness mettant à l’honneur des trésors oubliés des West Indies. Ambiance tropicale.

DMX Krew

20 years 1995-2015 (Fundamental Records)

Le label espagnol Fundamental a proposé à DMX Krew de publier une rétrospective de 20 ans de carrière. Les disques comprenaient des classiques, remixes et inédits le tout dans un coffret en forme de boîte à rythmes Oberheim. Pour se le procurer, il fallait lâcher un bon billet de 250 boules…

Guts & Mambo

Pura Vida present Beach Diggin’ Volume 4 (Heavenly Sweetness)

Nouvel épisode dans la série des compilations par Guts et Mambo. Boogie, AOR, modern soul, sons brésiliens, voilà une compile qui ratisse large et vise souvent très juste !

Jérémy Underground

Beauty (Spacetalk Records)

Jérémy Underground s’est fait connaître pour ses talents de DJ house alors que son label My Love Is Underground fonctionnait à plein régime. Son appétence pour le Funk et la Soul a fait surface un peu plus tard, alors qu’il commençait à incorporer sa collection de 45 tours à ses sets, notamment lors d’une soirée You’re a melody dont l’enregistrement a beaucoup tourné sur Soundcloud. Le boss de Space Talk lui a donné carte blanche pour une compilation très justement nommée Beauty qui regroupe ses plus gros coups de cœur.

Linear Movement

The linear Way (Minimal Wave)

Cet album est dédié aux amateurs de funk blanc, en d’autres termes, toutes les musiques qui finissent en « Wave » ou qui commencent par « Synth – ». Mélodique et plutôt pop, cet album est une compilation de morceaux inédits jamais vraiment sortis. Minimal Wave joue ici très bien son rôle de défricheur et donne une seconde vie au travail du trio.

Motor City Drum Ensemble

Selectors 001 (Dekmantel)

Cette année, MCDE a ouvert la série de compilation Selectors portée par Dekmantel (en lien avec leur festival du même nom). Il propose une sélection bicéphale avec un côté house et un autre plus Soul. Il va même jusqu’à retrouver un pasteur américain qui avait enregistré un disque pressé à 100 exemplaires dans les années 70.

Nino Nardini, Eddie Warner & Roger Roger

Studio Ganaro Space Oddities 1972-1982 (Born Bad Records)

1972 – 1982 une période bénie pour les amateurs de librairies sonores hexagonales qui regorgent de trésors méconnus. Nino Nardini, Roger Roger et Eddie Warner sont trois acteurs mythiques dont les discographies sont intimement liées. Amis et collaborateurs fréquents, leurs collaborations ainsi que leurs morceaux solos témoignent d’un pan entier de la musique électronique française dont l’histoire fut peu ébruitée jusqu’à l’arrivée des premières rééditions autour de leurs travaux. Ce troisième volume des Space Oddities est à la hauteur des précédents, on espère qu’Alexis Le Tan et Jess bossent déjà sur une quatrième compilation.

Sean P

Under The Influence Vol. 5 (Z Records)

Une très bonne compilation par le boss anglais Sean P, peu connu ici en France mais dont le travail sur Z Records vaut à chaque fois le détour. Nos morceaux préférés, « Kowree Sambazzi » de Medina & Mensah et « Y’shua » de J.P. Robinson.

Sterac

Scorp (Token)

En tête de fil des plus grands fans de la légende techno hollandaise, le boss de Token souhaitait depuis longtemps effectuer une rétrospective de son travail. Le triple LP est exhaustif et rend justice à la finesse du travail de Steve Rachmad sur son défunt label Scorp.

The 7th Plain

Chronicles 1 (A-Ton)

L’institution Berlinoise remet au goût du jour l’un des aliases majeurs de son ambassadeur anglais. Parmi les nombreux aliases de Luke Slater, beaucoup restent bloqués à Planetary Assault System mais The 7th Plan, plus ambient, est probablement un alias qui permet de prendre conscience de la finesse et de la subtilité du producteur.

V/A

Hypercolour 10 years (Hypercolour)

Hypercolour présente un triple LP pour fêter les dix ans du label anglais géré par Alex Jones et Jamie Russell. On y retrouve des tauliers et des newcomers : Gary Gritness, DMX Krew, FaltyDL ou The Analogue Cops.

V/A

Mr Bongo Record Club Volume One (Mr Bongo)

Première compilation du genre pour le fameux label Mr Bongo, dont l’univers gravitant autour des sonorités brésiliennes et latines des 70’s n’est plus à présenter. Au programme une compilation de rare groove venus d’Amérique latine et d’Afrique, à la sauce disco-funk entre trésors cachés et tubes plus connus. Un cocktail tropical à consommer sans modération.

Au tour des rééditions ! Encore une fois, il n’y a pas eu le temps de chômer. Ce phénomène, imputables aux DJs et à la micro hausse des ventes de vinyles au sein de certaines scènes, connait un essor particulier et beaucoup de labels en font leurs marques de fabrique. Chaque année, des centaines de disques rares et/ou ayant atteint des prix astronomiques deviennent accessibles. A tel point que, lorsque vient l’heure du bilan, le discernement devient complexe. Music From Memory a particulièrement alimenté ce marché en excavant des groupes improbables et en sortant de l’ombre nombre d’inconnus. PMG a eu une année particulièrement riche, il a donc fallu trancher. Comme à son habitude, Dark Entries a continué à surprendre. Rush Hour a foncé plus loin dans la musique nippone. Et Floating Points a sorti son morceau fétiche. Quelle belle époque…

Aged in Harmony

You’re a melody (Melodies)

Le disque au prix astronomique joué un maximum de fois par Jérémy Underground et Floating Points a enfin été réédité sur le tout nouveau label de Floating Points, Melodies. Le coffret regroupe quatre 7″ et un livret, une belle sortie.

Alberto Baldan Bembo & Angelo Arienti

Ballabili Anni 70 (Sonor Music Editions)

Fonit est une librairie italienne culte sur laquelle Alberto Baldan Bembo et Angelo Arienti ont sorti une série d’ambiances musicales magnifiques. Spécialisé dans les bandes originales de cinéma, Alberto Baldan Bembo dispose d’une sacrée discographie à son actif, mais bizarrement, parmi sa vingtaine d’albums, son troisième reste probablement l’un de ses meilleurs.

Ambiance

(Gida Gida) Tight & Tidy (High Jazz)

Ambiance était un groupe de jazz fusion de la côte ouest des USA guidé par Daoud Abubakar Balewa. Malgré des albums d’excellente qualité, ils n’ont jamais connu de succès et leurs disques sont très convoités. Cette très belle réédition sur High Jazz vient apès une première sortie déjà remarquable. Un label à suivre de près !

Ahmed Fakroun

Ahmed Fakroun (PMG)

Balle orientale en provenance directe d’Ethiopie. Si Faudel et Booba jouent aujourd’hui sur les mêmes répertoires, ils doivent probablement beaucoup à Ahmed Fakroun. Loin d’être une élégie à l’auto tune, le disque offre une vision intéressante de la musique orientale à la fois Old school et empreinte de modernité.

B.B. Seaton

Dancing In The Moonlight (Jamwax Maxi 02)

Une voix, une base reggae/dub, des paroles simples mais accrocheuses, beaucoup d’écho, il n’en fallait pas plus pour que ce tube de Studio One refasse surface 20 ans plus tard sans prendre une ride.

Ethel Beatty

I Know You Care (Expansion)

Une réédition 7″ sortie sur Expansion qu’il ne fallait pas manquer pour les amateurs de modern soul.

Jago

I am going to Go (Dark Entries)

« I’m Going To Go » est un tube italo-disco produit à Rome en 1983 qui fut également à l’origine du premier remix sorti par Frankie Knuckles en 1985 poussé à l’époque par Larry Levan. Les deux morceaux ont été remasterisés et cette belle histoire a pu renaître de ses cendres grâce au travail archéologique de Dark entries.

Jay Player

Love Is The Answer (Unknown)

Une reissue disco/modern soul qui tombe à pic avant la fin de l’année. Ce morceau de 1982 est à ne pas manquer.

Mary Clark

Take Me I’m Yours (P & P Records)

Petite bombe de rare disco sortie en 1980, “Take me I’m Yours” fait figure de musique de tube au groove sans démesure, portée par une ligne de basse irrésistible et la superbe voix de Mary Clark. Elle a récemment été jouée à la 10ème édition du festival Worldwide par Floating Points et Hunee. On lui prédit donc encore un bel avenir sur les dancefloors.

Minako Yoshida

Midnight Driver / Town (Rush Hour)

Icône Japonaise en dehors de ses frontières, Minako Yoshida est un des premiers plaisirs auxquels tout digger à la chance de s’initier lorsqu’il commence à explorer le puit sans fond de la musique japonaise. Ce plaisir sera désormais plus facile d’accès car Rush Hour semble s’être mis à represser bon nombre de classiques nippons.

Niagara

Niagara (PMG)

Une pochette évocatrice de chaleur et de sensualité qui prouve bien que les apparences sont trompeuses. Rien ne laissait présager que ces deux drum tracks de 15 et 20 minutes furent enregistrées en Allemagne par Klaus Weiss et ses acolytes en 1970. Parmi la cinquantaine de rééditions sorties cette année par PMG celle-ci est probablement l’une de nos favorites.

Ojeda Penn

Lost Funk & Disco Gems Volume Six (Mukatsuku)

Une reissue disco sur Mukatsuku d’un très bon morceau, « Brotherson », en deux versions, vocal et instrumental. Les deux valent le détour et sont très efficaces…

Peven Everett

I Can’t Believe I Loved Her (Nite Grooves)

Morceau classique et classieux de Peven Everett, enfin repressé !

Pierre Vassiliu

Ils… (Born Bad Records)

Le label français le plus rock n’roll de ces dix dernières années a fait une belle année et ce petit 7’’ sonne comme une brève escapade dans les années 70. Les trois morceaux de funk psychédélique extraits du film de Jean-Daniel Simon se suffisent bien à eux même, pas besoin de vidéo.

Puccio Roelens

Rock Satellite (5th Dimension)

Parmi les génies de librairie italienne, Puccio Roelens est sûrement l’un des plus acclamés. Dotés d’un sens de la mélodie hors du commun, ses morceaux réchauffent même les oreilles les plus insensibles à la musique. Émouvante sans être niaise, fine sans être élitiste, mélodieuse sans jamais tomber dans le vulgaire, sa discographie n’est pas expansive, mais chacune de ses apparitions sur un sillon est culte. Rock Satellite est de loin son album le plus connu, il s’arrachait à des prix exorbitants, 5th Dimension remet un peu de justice dans ce monde de brutes et propose le disque à un prix plus accessible.

Santé Palumbo Orchestra

SWAY (Schema Recording)

Tout a commencé à rouler sur le tard pour Santé Palumbo, pianiste d’abord très demandé en studio avant d’être reconnu par la critique dans les années 60. Sway est son premier album paru en 1973 et il met en avant le talent de composition de l’artiste italien. Schema effectue une fois encore un travail d’excavation exemplaire et révèle au grand jour un travail d’exception.

Spirit Of Love

The power of your love (Athens Of The North)

Pour la petite histoire le 45 tours The Power of Love sorti à l’origine en 1978, a été remis au goût du jour grâce à son passage dans un mix de Floating Points. Réédition réalisée en Juillet 2016, ce tube de Gospel Disco avec sa magnifique vocale, vient donc faire son grand retour sur le dance floor. Un classique intemporel que les MCDE, Jeremy Underground affectionnent tout particulièrement…

Sterac

Osirion (Rush Hour)

Parmi les morceaux cultes de Steve Rachmad parus sous l’alias Sterac, Primus / Osirion est l’un des disques clés sortis sur 100% Pure qui suscite beaucoup d’émois sur le dancefloor. L’institution amstellodamoise Rush Hour et la légende locale ont décidé de ressortir ces deux morceaux.

V.O

Mashisa (Invisible City Editions)

Le label Invisible City Editions a réédité le fameux “Mashisa” un disque issu de l’Afrique du Sud des 90’s, à mi-chemin entre les sonorités africaines et le kwaito, ces tubes de l’époque nous transportent sous fond de mélodies entraînantes et boucles percussives. La version dub du morceau “Mashisa” restera un classique intemporel à ne pas négliger.

Workdub

Workdub (Music From Memory)

Music From Memory a fait une excellente année, et il était dur de choisir entre tous les disques publiés. Ce Workdub les représente.